Atelier 1 : La ville rurale : un copier-coller de la ville urbaine ou une identité particulière à préserver ?

Cet atelier a été un espace de débat entre la population, les usagers de l’espace rural, les associations, les professionnels de l’urbain et les élus sur les contours de la ville rurale en phase avec son environnement, ses habitants et le concept « Faire bon vivre ».

Intervenant :

Patrice MARCEL, Ingénieur et urbaniste

Cet atelier a attiré beaucoup d’intervenants et de participants. Beaucoup de questions et d’interrogations ont été portées sur la place. On a assisté à une floraison d’idées et de témoignages qui mettent en avant la nécessité d’organiser ces espaces de parole. Témoignage de l’intérêt porté et pour finir des suggestions pour construire l’UROI permanente, voire une feuille de route pour l’UROI.

Patrice Marcel pose le cadre et lance des pistes pour construire le débat. A quoi fait-on référence quand on parle de ville rurale ? Quelle est la réalité derrière ce concept spatial d’organisation du territoire ? Quelles sont les fonctions de la ville rurale ? Comment la ville rurale est-elle liée aux caractéristiques de la ruralité ?

Cette ville rurale est avant tout un espace d’interconnaissances et est donc un lieu social. Est-ce que ce concept peut être approprié par les participants ? Beaucoup d’interrogations au sujet de cette appellation inhabituelle. On parle même d’oxymore, de paradoxe voire d’hérésie. C’est un concept qui ne répond pas, qui ne correspond pas à ce qu’on entend tous les jours à propos de la ville. Il nous oblige à relativiser, à revisiter les termes de ville et de rural. On a l’impression qu’on veut nous faire accepter quelque chose, par exemple accueillir de nouveaux habitants au détriment des terres agricoles. Il s’agit peut-être de trouver un autre terme.

Prioritairement, il faut se poser la question des besoins. De quoi avons-nous besoin ? Une certaine crainte se dessine derrière le mot ville. Pourquoi aussi opposer la ville et le rural ? Les deux sont complémentaires.

La question importante est de savoir ce qu’on veut préserver comme valeurs de la ruralité. Mettre le rural dans la ville a aussi du sens : c’est une voie à explorer. Comment préserver le territoire, son patrimoine, son mode de vie, ses manières d’habiter, comment tisser les liens de solidarité. Quels sont les vecteurs de richesses du territoire dans un mode de développement repensé ? Comment accueillir la croissance démographique ? Cela suppose l’implication de la population dans les choix d’aménagement et pose l’enjeu de l’aménagement participatif.

Propositions

- Valider une feuille de route pour l’UROI. Faire un listing de thèmes qui restent à travailler comme la mobilité résidentielle, le mode d’habiter, les formes urbaines…,

- Proposer des espaces de parole à inscrire dans la durée,

- Faire de l’UROI le lieu d’échange et d’écoute des habitants.

13 ; Atelier 1 du 08 décembre 2017 -  PDF - 107.6 ko
13 ; Atelier 1 du 08 décembre 2017

Documents à télécharger