Thématique 3 : les TIC au service du developpement rural

Par Dominique Leperlier
 

Dans le développement des TIC, et notamment dans une commune rurale enclavée telle que Saint-Joseph, il y a lieu de distinguer d’abord la couverture et l’aménagement numériques du territoire puis le développement des usages.
Que l’on soit une commune rurale ou urbaine, il est nécessaire de disposer d’infrastructures numériques permettant d’aller hors des frontières de la Réunion. C’est en quelque sorte un postulat de base. L’intervention de France Télécom a permis de faire un état des lieux des liaisons existantes et à venir, nécessaires au développement numérique. Il est important de signaler que d’autres opérateurs contribuent à ce développement. La Région notamment permettra aux Réunionnais, grâce à sa boucle régionale, d’avoir du Haut Débit et favorisera la concurrence.
Le développement des TIC dans la toute ville ne pourra se faire qu’avec l’arrivée du Haut Débit.
Saint-Joseph est éligible à l’ADSL pour 97% de sa population environ. Quatre quartiers ne sont toujours pas couverts à savoir Jean-Petit, Grand Coude, La Passerelle et Grand Galet.
Au même titre que les autres territoires ruraux, Saint-Joseph doit donc faire face à la problématique de la couverture numérique de ses écarts. Les opérateurs y viennent difficilement ou alors tardivement.

En 2006, la Ville de Saint-Joseph a transféré à la CCSUD la couverture des zones blanches de son territoire. Les travaux nécessaires sont engagés et la ville prévoit donc l’ouverture du Haut Débit dans les 4 quartiers précités en 2009. Le choix des NRA ZO (Noeud de Raccordement à l’Abonné - Zone d’ombre) a donc été retenu et consiste à construire des infrastructures dans les quartiers en question.
Dans une commune où le chômage atteint près de 52% de la population, la problématique de l’équipement des ménages se pose inéluctablement. La Commune doit donc jouer son rôle social et proposer plusieurs points d’accès numériques. Ces points d’accès devront tenir compte de l’identité rurale de Saint-Joseph qui se traduit entre autres par ses écarts, nombreux et disparates. Il ne s’agit donc pas de concentrer sur la ville un ou deux grands espaces numériques mais bien au contraire de les multiplier en petites structures.

Au travers des Maisons Pour Tous (MPT), la Municipalité a pour l’heure déployé deux Espaces Publics Numériques (EPN) : Cayenne et Carosse. Elle a en projet d’en ouvrir une troisième dans le quartier des Lianes et d’autres projets sont à l’étude pour la partie Est de la ville. Dans l’attente de l’ouverture de ces MPT, la Ville prévoit de disposer des bornes de consultation dans ses locaux permettant d’accueillir du public. Les bibliothèques sont par nature des sites de prédilection et ces bornes seront installées non seulement à la bibliothèque centrale de la commune, mais aussi dans les bibliothèques relais, ce qui représente 6 sites potentiels. Entre les MPT et les bibliothèques, il s’agit d’établir un maillage cohérent afin que chaque marmaille, chaque parent de chaque quartier puisse bénéficier de conditions identiques à ceux de la ville.
Enfin pour compléter ce dispositif, la Ville envisage d’ouvrir bientôt ses bornes d’accès WIFI qui vont venir compléter les EPN des MPT et bornes de consultation dans les bibliothèques. Là aussi, la volonté a été de multiplier des « petits » « hot spots »au lieu d’en déployer un seul mais très important donc plus coûteux, dont le centre-ville - essentiellement - aurait pu bénéficier. Lors de l’atelier 3, où il était aussi question du WIFI, un des participants a émis l’idée de mettre en oeuvre des cyberbus, dans les quartiers pour lesquels il n’y aurait pas de possibilité de créer des Espaces Publics Numériques (par exemple Grand Galet).
Le concept d’une route numérique des Hauts au-delà des frontières saint-joséphoises a également été évoqué, dans le but de créer des infrastructures sur ces territoires souvent isolés. Cette route numérique aurait pour vocation de rompre l’isolement des quartiers des Hauts et de les dynamiser.

Parallèlement à la couverture numérique et l’aménagement de nos points d’accès, il s’agit d’ores et déjà de réfléchir au développement des usages. Ainsi, la Ville de Saint-Joseph a ouvert son site Internet en 2007, à travers lequel on souhaitait développer un certain nombre de services en ligne.
Au 1er trimestre 2009, le portail de la « bibliothèque en ligne » sera ouvert. Il sera possible au travers de ce portail de consulter et réserver des ouvrages.
Ces projets, qui ont été menés en interne par les services communaux, sont basés sur des logiciels libres. Dans un souci de développement durable, la Ville a fait le pari depuis 2007 d’investir dans la mesure du possible, non plus sur des licences logiciels, mais sur la compétence des Hommes.
Le développement des usages est une action plus modeste et pratique mais tout aussi importante. Lors de la Semaine Bleue 2008 (Un évènement consacré aux personnes âgées), un atelier TIC a été mis en place, au cours duquel les « gramounes » ont pu s’initier à l’informatique et surtout ont pu voir et discuter avec leurs enfants et petits enfants en visioconférence. Cette action a eu un écho favorable et une adhésion auprès de ce public qui amène la commune à renouveler l’expérience plusieurs fois dans l’année et lors des semaines bleues à venir.
Le développement des usages, ce sont aussi des actions en direction de nos « marmailles » comme par exemple le projet de « page des écoles » par lequel les écoles de la ville présenteront, tout au long de l’année, leurs projets d’école sur le site Internet de la ville. L’idée de développer les Espace Numériques de Travail a été relatée au cours de l’atelier consacré au développement des usages au service de nos « marmailles » et de la population.
Le développement des usages c’est aussi la création musicale à portée de tous pour permettre à des artistes émergents et disposant de peu de moyens d’enregistrer leur CD à moindre coût.
Le développement des usages c’est enfin des solutions numériques pour préserver le maintien de nos personnes âgées à domicile, typiques des communes rurales. La ville envisage donc avoir recours aux nouvelles technologies comme outil supplémentaire qui permettrait de sauvegarder ce mode de vie. Ces technologies doivent être au service de ceux qui le souhaitent sans omettre la présence humaine. Elle peut être mise œuvre de manière temporaire pour répondre à une situation d’urgence. Exemple : sortie d’hospitalisation, décès, etc.
Au travers de ces usages, nous avons eu le témoignage de Mme MARQUET, Maire de Chooz, 1er village numérique de France, qui nous fait part des ses difficultés a accéder au haut débit mais qui a pu à force de persévérance, mettre à disposition de tous ses habitants un accès internet.

Pour conclure, le développement des TIC vers lequel la ville de Saint-joseph veut tendre est un développement cohérent dans lequel l’identité rurale en est l’essence afin de porter haut et fort l’idée d’une ruralité moderne. Et c’est en cela que consistent les défis de la planète RURALITIC.

En bref

5ème édition de l’UROI

Rendez-vous à Saint-Joseph les 10, 11 et 12 décembre 2014 pour la 5ème édition de l’Université Rurale de l’Océan Indien à Saint-Joseph.

13 octobre 2014